Arche – Thriller mythologique


Arche - Les mythes racontent une histoire vraie

Les mythes racontent une histoire vraie

Pour commander Arche en eBook ou papier…

Par l’auteur de URUAD ( « un audacieux voyage dans nos mythes » – LE POINT ) et de WEB SPIRITUS ( « c’est génial, on se prend à y croire » – FRANCE INFO )

Interview sur RADIO ENGHIEN, par Joëlle Verain

L’intrigue :
Un astronome et un historien sont sauvagement assassinés dans l’observatoire de l’Institut Biblique de Jim Kaplan, richissime télévangéliste, alors qu’ils sont sur le point de lui divulguer une découverte céleste capitale.
Jim Kaplan s’offre alors les services de deux brillants chercheurs : Daniel Wise-Becker, géologue mis au ban de la communauté scientifique, et Alicia Décosse, séduisante historienne parisienne. Il les convoque sans tarder au Kurdistan turc pour étudier les restes pétrifiés de ce qui pourrait bien être un navire antique gigantesque et pour déceler, au coeur du mythe, les traces de cataclysmes passés.
Bientôt, sous la menace d’une nouvelle catastrophe planétaire imminente, les recherches se transforment en une aventure parsemée de cadavres, où les deux héros s’engagent dans une véritable course contre la montre.
Thriller mythologique érudit, space-opéra tragique, Arche est une plongée au coeur de sociétés archaïques méconnues en même temps qu’une histoire d’amour romantique, au service d’une cause : redonner aux mythes la place qu’ils occupaient dans les communautés primitives, celle de récits transmettant une Histoire aujourd’hui oubliée.

La théorie :
Le ciel des Anciens était parcouru par des astéroïdes en plus grand nombre qu’aujourd’hui. En témoignent les catalogues des différents types de comètes dans la Chine ou la Grèce du 1er millénaire avant J.C., recension qui serait impossible à établir de nos jours, par la simple observation sans instruments, à partir d’une seule région du globe. Ainsi, le « Nil céleste » des Egyptiens ne serait autre qu’un anneau de poussière le long d’une orbite de désintégration cométaire antédiluvienne.
Parfois les blocs s’entrechoquaient ou percutaient le sol en déclenchant un cataclysme. Ces événements, difficiles à décrire avec les mots de l’époque, donnèrent lieu à des récits dans lesquels les dieux s’affrontent ou punissent les hommes. La personnification des corps célestes dans ces histoires, fut d’abord un moyen mnémotechnique de garder le souvenir de ces événements.
Puis vers 1200 avant J.C., il y eut une dernière catastrophe en Méditerranée, entraînant quatre siècles de ténèbres, d’où n’émerge aucun écrit, aucune architecture, aucune Histoire sûre. En même temps, le Nil céleste se tarit, et le ciel se lava de ses dernières comètes. Les hommes oublièrent qu’elles avaient un jour sillonné le ciel en grand nombre. C’est à ce moment que le sens de ces histoires d’affrontements célestes se perdit, ces dernières se transformant alors en mythes.
Et si un grand nombre de ces mythes, amérindiens, sumériens, grecs, bibliques, décrivaient la mère de toutes les catastrophes, un cataclysme d’une ampleur telle qu’il engloutit des civilisations dont on perdit le souvenir ? Et si, partout, la Terre conservait la trace de ce drame?
La séduisante historienne Alicia Décosse, travaille sur l’origine réelle des mythes à l’insu de son Institution, prompte à exclure ceux qui s’éloignent du dogme. Daniel Wise-Becker est un géologue banni de la communauté scientifique, piégé dans un mariage à la dérive. Engagés par un richissime télévangéliste américain pour travailler sur un site biblique, menacés par Good Shepherd, un fonds d’investissement aux visées apocalyptiques, l’historienne et le géologue, parviendront au bout d’une aventure terrifiante, à reconstituer un pan de notre Histoire encore inconnu, car balayé par la plus grande catastrophe que l’Homme ait vécu.
La découverte récente de Göbëkli Tepe, en Turquie, des constructions circulaires monumentales à reliefs d’animaux vieilles de 12 000 ans, témoigne de ce passé manquant.
La préhistoire récente doit être revisée.
Que celui qui a des yeux regarde.